Pour vous inscrire
à la newsletter,
envoyez-nous votre e-mail
en cliquant ici !

©2007-2011 - StNicolasenForet.com - Tous droits réservés.
Avec l'aimable autorisation de la Ville de Hayange. Ce site Internet sur St-Nicolas-en-Forêt est créé de manière bénévole et indépendante de la mairie de Hayange. Nous nous efforcons au maximum de vous proposer un contenu objectif en respectant chacun. Si toutefois un article, une brève ou une photo peut, selon vous, nuir à votre image ou à votre personne, consultez notre charte "Nicoforestier positif".

AVANT ST-NIC' | LES CONSTRUCTIONS | LES AMELIORATIONS | HAYANGE | MILLENIUM | DOSSIERS

Les Constructions

En février 1952, les fondations des premières maisons sont coulées sur le plateau. Les premières logements bâties sont les bandes du Bout-des-Terres, puis les constructions s'étendent vers l'Ouest du futur St-Nicolas-en-Forêt. Il fut décider de sectionner le nouveau village en trois parties. Le quartier des mensuels, à l'est (à partir du bout des Terres), le quartier des cadres, et les pavillons des ingénieurs à l'ouest. Encore aujourd'hui, on parle encore du "quartier des ingénieurs" pour parler des maisons de la rue du Rhin par exemple.
 


 
Bien entendu, ces trois catégories disposaient de maisons différentes. Ainsi, les mensuels disposaient de logements en bandes ou jumelés avec des volets métalliques. Les cadres avaient des petits pavillons ou des maisons jumelées avec des sanitaires au rez-de-chaussée et des volets en bois, et les ingénieurs disposaient de gros pavillons individuels aux volets en bois. Toutes les portes et fenêtres de ces logements étaient en bois. Des troënes furent planter le long de toutes les rues, qui n'étaient encore que des chemins poussiéreux.



Les travaux de la chaussée du Boulevard des Vosges, dans les années 1950.


La création de la cité ouvrière a été financée en majeure partie par l'entreprise Sollac. Le but de ce nouveau lieu de résidence était de proposer un cadre de vie plus agréable pour les travailleurs de l'usine. Au milieu de la forêt, sans visibilité sur les hauts-fourneaux, les ouvriers y trouverait un repos plus serein. Cet aspect a été poussé à son maximum lors du choix des noms de rues. La communauté décida de traiter le champ lexical de la nature, afin que les ouvriers aient l'impression de vivre au bon milieu de celle-ci, à mille lieux des fumées de l'usine.

 

St-Nicolas-en-Forêt fut baptisé ainsi en hommage au pâtron des Lorrains et des travailleurs du métal. Le St Nicolas est aussi le pâtron des enfants, ca tombe bien, le village aura une large population bambine dans les années 1950-60. La chapelle de Morlange, juste en dessous du village a également été construite en hommage au St Nicolas.

SUITE : LES AMELIORATIONS